France : trois policiers suspendus suite à la bavure sur Michel Zecler

par Afrikaleaks La Rédaction
0 commentaire 54 vues
Michel Zecler afrikaleaks

Ce jeudi, le média internet français « Loopsider » a diffusé une scène d’une rare violence montrant Michel Zecler se faire lyncher. Sur les images de caméras de vidéosurveillance, on peut clairement voir un homme noir Michel Zecler se faire rouer de coups par trois agents de police. Aussitot la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux L’IGPN a été saisie et les trois policiers suspendus.

Les faits

Michel Zecler gère sa société de production Black Gold Corp Studios dans le 17e arrondissement de Paris. Comme l’explique Loopsider, il est 19h40 samedi dernier, le 21 novembre quand Michel est dans la rue en face de ses locaux sans son masque anti covid-19. Lorsqu’une patrouille de police passe en voiture, il rentre dans ces locaux pour ne pas être contrôlé.

Alors qu’il allait fermer la porte derrière lui, les trois policiers sont entrés de force dans ses locaux. Ils ont commencé à tirer Michel Zecler pour essayer de l’extirper dans la rue. « J’étais chez moi. Ils étaient très virulents, j’ai eu peur », détaille la victime. « J’ai essayé d’interpeller les gens dans la rue, mais les policiers ont fermé la porte. Je me suis fait réellement tabasser ».

Sans savoir qu’ils sont alors filmés par des caméras de surveillance, les policiers lui infligent une vingtaine de coups de poing, une dizaine de coups de pied à la nuque, une quinzaine de coups de matraques à la tête ainsi que des coups de genou.

bavure sur Michel Zecler
Bavure Policière sur Michel Zecler

Vu la violence des coups qu’on me portait, je pensais réellement que j’allais y rester. Je n’ai pas voulu leur porter de coup, ça se serait retourné contre moi

Michel Zecler

Selon la déclaration des agents, le producteur aurait tenté de prendre leur arme, les aurait frappé et aurait alors appelé des renforts. Ce que les vidéos démentent.

Mais en plus du tabassage qu’a subi Michel Zecler de nombreuses insultes à caractère racistes ont été prononcées. « J’ai beaucoup entendu ‘sale nègre’. »

Dans le même temps, neuf artistes enregistraient un album au sous-sol. Une fois qu’ils ont entendu les appels à l’aide de Michel, ils sont remontés mais les policiers ont bloqué la porte. « On a quand même réussi à ouvrir », explique Wensly. « On a finalement réussi à les pousser hors du studio ».

Mais les policiers vont revenir à la charge en essayant de briser la porte et la vitrine du studio.

Michel Zecler temoigne
Michel Zecler temoigne après son agression par la Police

Je ne voulais pas tomber sur les mêmes policiers donc je refusais de sortir. Ils ont donc envoyé une grenade lacrymogène dans mon studio. On envoie ça dehors normalement, pas en intérieur où tout est fermé

Michel Zecler

Une dizaine de policiers finit par rentrer dans le local et sort violemment Michel des lieux. « À ce moment-là, je prends des coups de tous les côtés ». Des propos confirmés par des vidéos réalisées par des voisins. Les neuf jeunes garçons sont également interpellés. « Ils nous ont fait une haie d’honneur et ils nous ont tous tapés », explique l’un d’eux.

Suspension des policiers

Après des contrôles d’identité au commissariat, les jeunes sont relâches, au contraire de Michel Zecler qui est placé en garde à vue pour motif de rébellion. Grâce aux vidéos, son avocate Hafida El Ali a réussi à prouver sa bonne foi. Le parquet a d’ailleurs classé sans suite les poursuites à son encontre. « Si nous n’avions pas les vidéos, mon client serait peut-être actuellement en prison », a d’ailleurs indiqué l’avocate. 

A la suite de ce reportage, les choses ont été très vite. L’IGPN a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cet incident. Les policiers sont suspectés de « violence » et « faux en écriture ».

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin a également demandé « au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés. Je souhaite que la procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais. » Une demande qui a été entendue.

La première vidéo du passage à tabac dans le studio de Michel Zecler « était déjà très choquante parce qu’elle témoignait du caractère inacceptable. La deuxième l’est peut-être encore plus. Elle témoigne d’une forme de gêne, d’impossibilité des policiers à se contrôler eux-mêmes et c’est un témoignage de plus de la gravité de la situation », analyse Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris. Il reconnaît « que le métier de policier est incontestablement difficile, ils ont besoin de notre soutien, mais il faut que le ministère de l’Intérieur ouvre les yeux et que la police ouvre les yeux ».

Emmanuel Macron a parlé de « honte ». Une enquête est en cours. « Ses mots sont bienvenus.

Il a pris conscience de l’immense émotion liée à cette affaire. Il y a un contexte d’un racisme incroyable, une violence immense et l’incapacité d’un collectif de policiers à gérer les choses et à dire à leurs collègues que cela suffit.

Emmanuel Grégoire

Cette nouvelle affaire de violences policières sur fond raciste fait en tout cas bien tâche dans un pays qui dénonce ces bavures de plus en plus fréquentes surtout quand elles se passent aux états unis d’amérique, mais qui dans le même temps va bientôt très fortement limiter la diffusion des images de policiers en service au travers du projet de loi « sécurité globale »

YOU MAY ALSO LIKE

Laissez un commentaire

Activer les notifications    OK Non, merci.