Mali : Les notaires s’activent dans la lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux

0 commentaire 98 vues

Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux Mohamed Sida Dicko a présidé la cérémonie douverture de l’Atelier de Formation des Notaires en matière de Lutte contre  le Blanchiment des Capitaux et le Financement du Terrorisme. C’était mardi 24 novembre 2020, à l’Hôtel Millenium.

Après avoir  souhaité la bienvenue  à l’assistance, la représentante du Président de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF), Mme Touré Aminata Dembélé a rappelé que les notaires font partie de la grande catégorie dassujettis appelée Entreprise et Professions Non Financières désignées (ou EPNFUD), constituent un maillon privilégié, dans le dispositif de lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme (LBCFT) au Mali.

les notaires
Fuite des capitaux maliens

Elle a ensuite souligné qu’il manquait juste aux notaires une formation préalable, susceptible de les aider à sapproprier du contenu de la législation en la matière. Avant de rappeler qu’il était clair pour les notaires et les acteurs de cette lutte, lessentiel était : « de faire les premiers pas  lun envers l’autre ; d’organiser ce genre de forum du « donner et du recevoir » ; déchanger en toute convivialité et transparence », pour pouvoir tisser des liens féconds, prometteurs dune collaboration forte et soutenue.

Pour le Président de l’Ordre des Notaires, Me Yacouba Massaman Kéita, c’est après des demandes formulées  par écrit et réitéré verbalement  lors de plusieurs rencontres au bureau du CENTIF, elle a décidé dorganiser ce présent atelier de formation. Selon lui, au sortir de cet atelier, les participants seront suffisamment armés en vue d’une application judicieuse de la Loi du 17 mars 2007, portant la lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, faisant du notaire une personne assujettie.

Cette Loi est un instrument entre les mains des acteurs chargés aussi bien des renseignements que des procédures judiciaires auxquelles ils peuvent donner lieu. Cependant, une lutte efficace contre le Terrorisme et les infractions connexes passent nécessairement par une synergie d’actions des intervenants à différents niveaux. 

A l’en croire : « il permettrait une amélioration la note du Mali lors des prochaines évaluations par des réponses claires et rassurantes, en certaines interrogations qui seront posées pendant le présent atelier ». 

Le ministre Dicko, au cours de son intervention a rappelé que le Mali, à l’instar des pays du Sahel est confronté à la montée et à la persistance des phénomènes liés au terrorisme et aux autres formes de criminalité transnationale organisée.

YOU MAY ALSO LIKE

Laissez un commentaire

Activer les notifications    OK Non, merci.