Rci : Bienvenu en Côte d’Ivoire

par JCK
0 commentaire 24 vues
Côte d'ivoire

Quelques mots du langage de rue en Côte d’Ivoire :

« Wêlê wêlê »: se dit d’une personne prompt à s’immiscer dans les affaires personnelles d’autrui.

« Wêlê wêlê »: se dit d’une personne prompt à s’immiscer dans les affaires personnelles d’autrui.

« Soyé »: une situation embarrassante ou gênante.

« Casser le papo »: faire des révélations  incriminantes.

« Paquinou »: exode annuel des agriculteurs d’ethnie baoulé correspond à la fin de la campagne cacaoyière. Coïncidant avec la Pâques chrétienne, elle s’est depuis démocratisée, toutes les ethnies profitant pour passer quelques jours au village.

« Djonce » ou « être en djonce »: état physiologique d’une personne en manque se caractérisant par de la fébrilité.

« Dégamage »: brusque montée d’adrénaline pouvant emmener un individu à agir de manière irrationnelle. 

« Adorateurs »: militants proches de M.Ouattara.

« GOR »: cigle identifiant les personnes qui ne jurent que par M. Gbagbo Laurent.

« Les chinois »: adolescents et/ou adultes fanatiques du chanteur de coupé décalé, feu DJ Arafat. La référence à la Chine est relative à leur grand nombre.

« Russes »: surnom attribué aux nordistes en référence à la similitude de leur caractère avec la pugnacité des peuples russophones.

« Ropero »: jeune désœuvré proposant un service de proxénète et/ou de coursier à de personnes nantis, généralement des vacanciers. 

« Glisser »: s’échapper subtilement d’une situation difficile.

« +454 »: sur les réseaux sociaux nom de code attribué aux cyber activistes pro-pouvoir par l’opposition.

« Café baoulé »: petit déjeuner ingrat composé d’eau sucrée et de pain rassi appelé « godjo ».

côte d'ivoire

« Goumin »: dépression due aux effets de la dépendance affective après une rupture amoureuse.

« Gombo »: opportunité ponctuelle de faire gonfler ses revenues.

« Pointeur »: chez le femme, se dit de la personne qui la courtise.

« Bouche sale »: l’avoir signifie tenir régulièrement un langage injurieux ou virulent.

« Wotro »: hôtel de passe de moyen standing. 

« Cococo il est l’heure »: signifiant dans ce type d’établissement hôtelier que vous devez libérer la chambre. 

« Syndicat »: organisation de type mafieuse évoluant dans le domaine du transport.

 » Gnambro  » : petite frappe à la solde des syndicats.

« IBK »: insulte suprême. Elle a pour origine le dérapage verbal d’une élue de la nation.

« Ken »: proposition commerciale ou d’affaires d’origine pas toujours régulière.

« Gérer bizi »: se prostituer.

« Émergence »: slogan politique définissant le développement effréné de la Côte d’Ivoire fréquemment utilisée de 2011 à 2015. Il est depuis moins courant.

« Y a pas monnaie »: phrase répétitive la mieux prononcée par les mauritaniens tenants d’épicerie de quartier.  

« Tchié »: onomatopée de type interjective marquant l’étonnement.

« Mougou-Pan »: subterfuge masculin visant à séduire une femme, en obtenir les faveurs sexuelles, puis prendre le large au plus vite sans laisser d’adresse. Plusieurs témoignages concordants font état de cas de « Mougou-Pan » féminin.

Complétez ces apocryphes linguistiques ivoirisés !

YOU MAY ALSO LIKE

Laissez un commentaire

Activer les notifications    OK Non, merci.