Relations tendues entre l’Éthiopie et l’Égypte

par Afrikaleaks La Rédaction
0 commentaire 21 vues
éthiopie et égypte

Entre l’Éthiopie et l’Égypte rien ne va plus. « L’Égypte a intensifié ses efforts de déstabilisation contre l’Éthiopie et la région instable de la Corne de l’Afrique ». Ces déclarations sont celles d’un haut fonctionnaire du ministère éthiopien qui a préféré gardé l’anonymat lors de ces confidences à l’agence Anadolu.

Selon lui, les multiples défis en matière de sécurité intérieure et extérieure auxquels est confronté le premier ministre Abiy Ahmed depuis sa prise de fonctions en 2018 sont instigués par l’Égypte d’Abdel Fattah Al-Sisi qui en « apportant son soutien total à l’élite anti-paix » cherche à nuire au programme de réformes politiques, sociales et économiques mené par le gouvernement éthiopien.

Rappelons que le méga barrage hydroélectrique que construit l’Éthiopie suscite la colère du Soudan et de l’Égypte et les négociations destinées à trouver un consensus sur le rythme de remplissage de ce barrage sont encore au point mort.

l'Éthiopie et l'Égypte - barrage de la Renaissance
l’Éthiopie et l’Égypte – Le grand Barrage de la Renaissance

Le Caire tenterait à travers ces déstabilisations à provoquer un changement de régime ou la faillite de l’état éthiopien. Une manière ainsi de contrecarrer l’ambition des voisins d’utiliser les ressources du Nil.

D’une hauteur de 145 mètres et d’une capacité de 74 milliards de mètres cubes d’eau, le grand barrage de la renaissance GERD que construit l’Éthiopie est appelé à devenir le plus grand barrage hydroélectrique en Afrique. Addis-Abeba estime ce projet légitime et indispensable à son développement économique. Les deux pays, en aval, font entendre leurs désaccords. Le Soudan et l’Égypte mettent en avant la crainte que ce barrage ne restreigne leurs ressources hydriques (l’Égypte dépend à plus de 90% du Nil pour ses besoins en eau). Khartoum et Le Caire évoquent également leurs droits historiques alors qu’Addis-Abeba prône une égalité des droits pour tous les pays du bassin du Nil. Les négociations entre les trois capitales n’avancent pas, mais les questions techniques liées au remplissage du barrage, ne masquent-elles pas des motivations géopolitiques plus importantes ?

L’Éthiopie poursuit la construction du barrage qui est aujourd’hui bouclé à 78%. Le gouvernement d’Abiy Ahmed attend toujours de trouver un accord avec l’Égypte et le Soudan pour finaliser son exploitation alors que les premières productions d’électricité devraient commencer entre janvier et février 2021.

YOU MAY ALSO LIKE

Laissez un commentaire

Activer les notifications    OK Non, merci.