Inde : Mulakaram ou l’ impôt sur la poitrine

par Afrikaleaks La Rédaction
0 commentaire 81 vues
mulakaram femmes hindoues

Le Mulakaram était une taxe imposée aux femmes hindoues de caste inférieure ( Shudra ) et « intouchables » (Dalit ) par le royaume de Tranvancore (dans l’état actuel du Kerala en Inde) si elles voulaient couvrir leurs seins en public.

Mulakaram taxe cruelle

La taxe du mulakaram est une taxe doublement cruelle, car non seulement c’était un impôt considéré comme élevé, mais qui en plus, portait atteinte à la dignité personnelle et intime : la nudité féminine.

La caste inférieure et les femmes intouchables devaient payer au gouvernement une taxe sur leurs seins, dès qu’ils commençaient à se développer. Autrement dit, cette imposition pouvait leur tomber dessus à partir de 12 ou 13 ans…

Les percepteurs d’impôts de Travancore visitaient chaque maison de chaque village pour percevoir l’impôt sur le sein de toutes les femmes de caste inférieure ayant passé l’âge de la puberté.

Et la taille de taxe était évaluée par les percepteurs d’impôts en fonction de la taille de leurs seins.

Mulakaram peinture
Peinture qui critique la taxe du Mulakaram

De nombreux historiens ont documenté que la découverte de les seins faisaient partie des nombreux symboles de vénération… (symbole comme nourricière universelle ? ), comme en témoignent de nombreuses statues de femmes où cette partie du corps était largement découverte :

Mais dans ce contexte, elles étaient vénérées comme un signe symbolique d’hommage des castes inférieures envers les castes supérieures dans l’État de Travancore.

Mulakaram le prix du sang

Les protestations ne se firent pas attendre. Une certaine femme d’humble condition, appelée « Nangeli », fit un geste de protestation qui lui coûta la vie : elle se coupa les deux seins et les remit à l’officier du village chargé de l’impôt.

Vidée de son sang, elle succomba :

Son mari, Chirukandan, n’ayant pu supporter la perte de sa femme, se serait jeté dans le feu funéraire qui consumait Nangeli.

Des vagues de protestation se sont succédé.

En l’honneur de cette femme courageuse, l’endroit où elle habitait, a été rebaptisée sous le nom de « Mulachiparambu » (le lieu de la femme aux seins).

Cette loi prit fin au 20e siècle (1924) durant l’ère de l’empire britannique.

Source : Mulakaram Woman Empowerment and The Rape Culture in India

YOU MAY ALSO LIKE

Laissez un commentaire

Activer les notifications    OK Non, merci.